Abel en Norvège

Abel, Carl Friedrich - Robinson, Thomas - Giardini, Felice - Caspar, Johann - Fischer, Ferdinand - Brade, William - Lupo, Thomas - Mattheson, Johann - traditionnels norvégiens

  • Nils Økland Hardingfele
  • Elisabeth Seitz Tympanon
  • Philippe Pierlot Basse de viole

Après le voyage du Captain Hume en Inde (Flora 1007), voici celui de Carl Friedrich Abel en Norvège et la rencontre de ce  dernier grand violiste avec un virtuose du hardingfele, un violon muni de cordes sympathiques typiques de la région du Hardanger.

Enregistré en May 2007 - SKU: FLORA1307

 

Pistes

  • 1. Twenty ways upon the Bells, 04:02
  • 2. Bruremarjs, 03:30
  • 3. Andate-Rondo grazioso, 08:44
  • 4. Hullaslag, 01:44
  • 5. Springar, 01:37
  • 6. Rull du Hardanger, 01:37
  • 7. Allegro, 01:42
  • 8. Ronde, 02:19
  • 9. Scottish Dance, 03:01
  • 10. I can not keepe my wife at howme, Home again, Market is done, 02:02
  • 11. Cuperaree, 02:04
  • 12. The Fairy Masque, 02:49
  • 13. Felsendlied unsichtbarer Geschöpffe, 02:05
  • 14. Gavotte I&II, 02:08
  • You are missing some Flash content that should appear here! Perhaps your browser cannot display it, or maybe it did not initialize correctly.

  • 15. Arpeggio-Adagio-Allegro, 10:15
  • 16. Norringen, 03:00
  • 17. Fanitullen, 02:48
  • 18. Gorrlaus, 03:55

Revues de presse

  • « La rencontre, assez inattendue, entre deux musiciens d’horizons différents a d’abord créé la surprise. Philippe Pierlot, maître incontesté de la viole de gambe (et donc des répertoires renaissant et baroque), avait décidé de joindre son talent à celui du Norvégien Nils Okland, un virtuose d’un instrument populaire de son pays, le hardingfele… Le plaisir de la musique l’a emporté sur toute la ligne et a permis de savourer les accents parfois surprenants de cette rencontre. L’occasion aussi de vérifier que musique « savante » et musique « populaire » ont souvent bien des choses à partager, à travers tous les emprunts de la première à la seconde. Polyphoniques chacun à leur façon, les deux instruments ont entretenu un dialogue des plus plaisants, jouant parfois ensemble en mêlant leurs sonorités ou se répondant d’un solo à lautre. »

    Michel Debrocq, Le Soir

    July 2003